2022, une année pour préparer l’avenir ou préserver le passé ?

Le variant Omicron du Covid bat des records de diffusion planétaire. En France, il s’invite au pied de l’arbre de Noël et des fêtes du nouvel an. Autour de 200 000 contaminations par jour, il assurera une vaccination même de ceux qui s’y opposent. Aussi, mon premier vœu pour la nouvelle année fait écho à cette actualité pandémique : je souhaite à tous de la traverser sans autre tracas de santé que des choses bénignes dont on se relève avec juste un peu de patience.

Mais 2022 sera aussi en France une année électorale majeure puisque nous aurons à choisir le Président de la République et la représentation parlementaire.

Pour l’instant, la multiplicité de candidatures règne à gauche et à l’extrême droite, rendant le ticket pour le deuxième tour accessible avec moins de 20 % des voix. Cela se précisera fin janvier. Mais l’essentiel n’est pas là. Il est dans les projets politiques que vont porter les candidats. Au milieu d’une crise multidimensionnelle, planétaire, dans laquelle nous sommes inscrits dans la longue durée, ces projets prépareront-ils l’avenir ou chercheront-ils à préserver le passé générateur de troubles : les inégalités sociales, le productivisme, le gaspillage des ressources fossiles, le nucléaire… ? En tant que citoyen, c’est à cela que je serais attentif : Quel programme oriente l’économie vers des activités réparatrices de la nature et d’utilité sociale universelle : l’agroécologie, les économies d’énergie et les énergies renouvelables, les biens de consommation durable, le réseau de santé publique… ? Quels dispositifs pour réduire les inégalités sociales, pour substituer dans les organisations l’objectif de Qualité de vie au travail à celui de productivité du travail ? Quelles propositions pour la sécurité en Europe et la paix dans le monde ?

Espérons que le débat public soit à la hauteur des enjeux de notre temps et ne se vautre pas dans le marigot des divisions raciales et de la haine des autres. Mais ayons confiance dans la démocratie : elle seule permet que se confrontent les opinions dans leur radicalité et permet qu’une majorité d’idées l’emporte sans toutefois disposer d’un pouvoir absolu. Dans un monde troublé, des États font le choix de s’en écarter, se privant ainsi des régulations qu’elle seule permet. Laissant croire à l’unité d’un peuple qui n’existe pas, ils s’assoient sur des poudrières qu’ils n’empêcheront pas, un jour, d’exploser.

*****

Chaque année, je profite aussi de ces vœux pour donner quelques nouvelles de la manière dont évolue la consultation de mon bloc-notes. En 2021, sa fréquentation a fortement cru (+28 % par rapport à l’année précédente), peut être pour la même raison qu’en 2020 : une consommation plus forte des ressources de la toile dans une période où nombre d’activités culturelles sont freinées par les restrictions sanitaires ? En moyenne, il fait maintenant l’objet de 74 consultations par jour, de deux pages et demie chacune. Sur la longue durée, cette croissance – 17 fois plus importante en 2020 qu’en 2014, sa première année de fonctionnement –  tient à celle du nombre d’articles qu’on peut y découvrir : plus de 160 aujourd’hui. Progressivement, cela devient une sorte d’encyclopédie culturelle thématique sur le travail dans sa double dimension, sociale et écologique.

Les internautes arrivent sur mon blogue essentiellement par les questions qu’ils posent à leur moteur de recherche. Ce sont ces questions qui créent le classement des articles les plus lus. En 2020, voici quels ont été les vingt premiers :

Titre de l’article

 

Date de publication

 

Rang en 2020

1.          Tripalium, une étymologie populaire… mais fausse

Septembre 2016

1

2.         L’homme à la croisée des chemins, Diego Rivera, 1934

Août 2019

4

3.         Peindre le travail et la reconstruction. Les constructeurs de Fernand Léger

Janvier 2020

5

4.       Jérôme Bosch : Le jardin des délices et du désœuvrement

Janvier 2017

2

5.         Picasso en travail pour accoucher de « La vie » - 1903

Avril 2019

7

6.        Le petit Paradis illustré

Janvier 2017

3

7.        Le pont du Gard, un travail de Romain

Mars 2016

6

8.        Jean-François Millet, peintre de la condition humaine

Mai 2018

8

9.        Toulouse Lautrec et les maisons closes

Septembre 2020

 

10.     Travailler, même au Paradis

Janvier 2017

9

11.       Le tambour chamanique Sami, une représentation de la place des hommes dans le monde

Décembre 2020

 

12.      Jean-François Millet ou la poésie du geste

Avril 2018

10

13.     Faut-il perdre sa vie pour la gagner ?

Mai 2016

11

14.     Le chant du styrène d’Alain Resnais

Mai 2017

13

15.     Les mutations longues du travail : le cas de la médecine dans les sanctuaires d’Esculape

Avril 2020

17

16.     Chanter le travail : Les mains d’or de Bernard Lavilliers

Avril 2021

 

17.      Le Greco : c’est dans la valeur donnée à l’œuvre que se reconnait le travail

Novembre 2020

 

18.     Le travail pénitentiaire

Décembre 2019

18

19.     Les machines

Décembre 2018

15

20.    Les mutations longues du travail : le cas de l’agriculture

Octobre 2016

 

Cinq articles entrent dans ce classement (quatre de 2020 et un de 2016) et en chassent autant. Toutes les années sont représentées sauf les deux premières (2014 et 2015) : quatre de 2016 ; quatre de 2017 ; trois de 2018 ; trois de 2019, cinq de 2020 et un de 2021.

Mais à cette liste, comme l’année dernière, je souhaite ajouter une quintette de mal-aimés ou d’ignorés en 2021 qui auraient mérité mieux ! Ils n’ont que le tort du point de vue des moteurs de recherche de ne pas avoir dans leur titre de quoi les accrocher et les mettre en tête de leurs réponses.

N’hésitez pas à vous plonger dans leur lecture et à les commenter.

Titre de l’article

 

Date de publication

 

1.         Le métier du trédeur, entre virtualité et réel

Mars 2018

2.         Produire sans travailler : les trésors de la terre

Septembre 2015

3.         Le travail et la loi

Septembre 2015

4.       D’un usage politique du travail

Décembre 2014

5.         Le travail domestique, intime et clandestin

Mai 2014


« ÊtreS au Travail », une exposition pour remettre l’humain au centre du travail

L’Organisation Internationale du Travail est fille du Traité de Versailles. Elle a été créée en 1919 autour de l’idée que l’établissement d’un régime universel de travail réellement humain est une condition du maintien de la paix. Elle fête cette année son centième anniversaire.

A cette occasion, une exposition de photographies va être accrochée sur les grilles du Jardin du Luxembourg à Paris à partir de demain et jusqu'au 14 juillet 2019. Son inauguration donnera également lieu à un colloque sur l’avenir du travail qui se tiendra le mercredi 17 avril 2019 au Sénat.

Ces images sont l’œuvre de photographes de Magnum et d’indépendants. Ensemble, elles constituent une sorte d’« hymne à un travail décent, plus juste et plus sûr » [1].

Lire la suite "« ÊtreS au Travail », une exposition pour remettre l’humain au centre du travail" »


Cinq ans déjà !

J’ai publié mon premier article sur ce site le 22 décembre 2013. Cela fait donc maintenant 5 ans que je l’anime.

Au départ, mon intention était simplement d’accompagner le lancement de mon livre Le travail contre nature qui allait être édité en juin 2014. Mais au fur et mesure du temps, j’ai éprouvé de plus en plus de plaisir à produire des articles au terme de mes lectures, rencontres, visites ou voyages ; et j'ai infiniment goûté la liberté qu'offrait la toile de pouvoir les publier sans avoir à passer par un tiers. J’ai donc persisté dans cette voie.

Lire la suite "Cinq ans déjà !" »


Les gens du rail racontent leur travail

Pendant deux mois, la coopérative DireLeTravail va publier tous les jours, sur son site et sur Médiapart, un récit de travail de cheminots. Je participe à cette initiative, à la fois pour collecter des narrations de travailleurs du rail et pour les mettre en récit, mais au-delà pour que le travail sorte du champ privé et secret dans lequel on le place trop souvent et vienne en pleine lumière dans le débat public, pour éclairer les citoyens sur les enjeux qu’il recèle, politiques, sociaux et écologiques.

Lire la suite "Les gens du rail racontent leur travail" »


Venez emprunter un livre vivant !

C’est ce que proposent la Bibliothèque Publique d’Information du centre Beaubourg et la coopérative Dire le travail le samedi 14 avril après-midi, dans le fil de la sortie de Vous faites quoi dans la vie ?

La bibliothèque vivante vous offre un moment de partage convivial avec des personnes que vous n'auriez pas eu l'occasion de rencontrer. Pendant vingt minutes, vous pourrez emprunter un livre vivant (avocat, policier, sophrologue, photographe, agriculteur etc.) pour écouter une histoire singulière, découvrir une activité professionnelle, échanger sur le travail, poser vos questions et peut-être faire tomber quelques idées reçues sur certains métiers.

Dans une bibliothèque vivante, les livres sont des personnes qui racontent une facette de leur vie, leur expérience professionnelle, leur métier, leur engagement... Les livres vivants vous proposent leur récit, mais à l’inverse d’un livre traditionnel, vous pouvez établir un dialogue avec eux et leur poser vos questions.

Chaque livre vivant peut être emprunté pour une durée de 20 minutes.

Le catalogue des livres vivants sera présenté à l'entrée du niveau 2 du Centre Beaubourg le jour de la rencontre. Les bibliothécaires pourront vous aider à faire votre choix.

Pour vous inscrire (c’est gratuit) : cliquer ici


Balade philosophique en Albanie du 21 au 28 octobre 2017

J’avais déjà relayé en mars 2016 la proposition d’un ami philosophe, Bernard Benattar, de Rando-philo en Crête. Cette fois-ci, c’est une balade philosophique qu’il organise en Albanie. En voici la promesse :

« Une aventure humaine et collective, une invitation à philosopher tout en marchant, en découvrant nos voisins de cœur d'Albanie qui ont depuis des décennies un passé commun avec la France.

Lire la suite "Balade philosophique en Albanie du 21 au 28 octobre 2017" »


Peut-on manager pour renforcer le lien social en entreprise ?

Ce texte est une retranscription légèrement enrichie de la communication que j’ai présentée le mois dernier, lors d’une rencontre de cadres d'entreprise organisée par le club « Convictions Ressources humaines ». Le titre de cette manifestation était : « 2020, réinventer le management ». J’intervenais, dans un registre philosophique, après une table-ronde qui réunissait des praticiens d’entreprises.

Pour toute sollicitation d’intervention philosophique en entreprise, rendez vous sur le site « Penser ensemble », qui rassemble des philosophes autour d'une philosophie vivante du travail.

Lire la suite "Peut-on manager pour renforcer le lien social en entreprise ?" »


Faut-il perdre sa vie pour la gagner ?

Didier Martz, un ami philosophe, organise à Reims, chaque mois depuis plusieurs années, des Regards croisés. Il y sollicite des intervenants d’horizons différents pour échanger et débattre autour d’un thème. Il m’a invité à ceux qu’il organise à la fin de ce mois sur la question du travail, en lien avec le projet de loi El Khomri. Une psychologue du travail et un conseiller prudhommal devraient également y participer.

Si vous habitez Reims ou en êtes proche, vous êtes cordialement invité. Cela se tiendra le 27/05/2016 de 18 à 20 heures dans l’amphithéâtre de la Médiathèque Falala 2 rue des Fuseliers 51 100 REIMS.

*****

Pour ceux qui ne peuvent pas s'y rendre, je reproduis ci-dessous le texte de la chronique radiophonique que Didier a conçu au sujet de la réforme en cours du Code du travail.

Réformer le Code du travail

Lire la suite "Faut-il perdre sa vie pour la gagner ?" »


Rando-philo en Crête du 30 avril au 7 mai 2016

Une fois n'est pas coutume, il ne s'agit pas de travail, mais de vacances. Marier l'esprit, le corps et la belle compagnie aux paysages de Crête, tel est le projet de Bernard, un ami philosophe. Je m'en fais volontiers le relais. Je m'y suis d'ailleurs inscrit. Les places sont limitées.

Lire la suite "Rando-philo en Crête du 30 avril au 7 mai 2016" »