2022, une année pour préparer l’avenir ou préserver le passé ?

Le variant Omicron du Covid bat des records de diffusion planétaire. En France, il s’invite au pied de l’arbre de Noël et des fêtes du nouvel an. Autour de 200 000 contaminations par jour, il assurera une vaccination même de ceux qui s’y opposent. Aussi, mon premier vœu pour la nouvelle année fait écho à cette actualité pandémique : je souhaite à tous de la traverser sans autre tracas de santé que des choses bénignes dont on se relève avec juste un peu de patience.

Mais 2022 sera aussi en France une année électorale majeure puisque nous aurons à choisir le Président de la République et la représentation parlementaire.

Pour l’instant, la multiplicité de candidatures règne à gauche et à l’extrême droite, rendant le ticket pour le deuxième tour accessible avec moins de 20 % des voix. Cela se précisera fin janvier. Mais l’essentiel n’est pas là. Il est dans les projets politiques que vont porter les candidats. Au milieu d’une crise multidimensionnelle, planétaire, dans laquelle nous sommes inscrits dans la longue durée, ces projets prépareront-ils l’avenir ou chercheront-ils à préserver le passé générateur de troubles : les inégalités sociales, le productivisme, le gaspillage des ressources fossiles, le nucléaire… ? En tant que citoyen, c’est à cela que je serais attentif : Quel programme oriente l’économie vers des activités réparatrices de la nature et d’utilité sociale universelle : l’agroécologie, les économies d’énergie et les énergies renouvelables, les biens de consommation durable, le réseau de santé publique… ? Quels dispositifs pour réduire les inégalités sociales, pour substituer dans les organisations l’objectif de Qualité de vie au travail à celui de productivité du travail ? Quelles propositions pour la sécurité en Europe et la paix dans le monde ?

Espérons que le débat public soit à la hauteur des enjeux de notre temps et ne se vautre pas dans le marigot des divisions raciales et de la haine des autres. Mais ayons confiance dans la démocratie : elle seule permet que se confrontent les opinions dans leur radicalité et permet qu’une majorité d’idées l’emporte sans toutefois disposer d’un pouvoir absolu. Dans un monde troublé, des États font le choix de s’en écarter, se privant ainsi des régulations qu’elle seule permet. Laissant croire à l’unité d’un peuple qui n’existe pas, ils s’assoient sur des poudrières qu’ils n’empêcheront pas, un jour, d’exploser.

*****

Chaque année, je profite aussi de ces vœux pour donner quelques nouvelles de la manière dont évolue la consultation de mon bloc-notes. En 2021, sa fréquentation a fortement cru (+28 % par rapport à l’année précédente), peut être pour la même raison qu’en 2020 : une consommation plus forte des ressources de la toile dans une période où nombre d’activités culturelles sont freinées par les restrictions sanitaires ? En moyenne, il fait maintenant l’objet de 74 consultations par jour, de deux pages et demie chacune. Sur la longue durée, cette croissance – 17 fois plus importante en 2020 qu’en 2014, sa première année de fonctionnement –  tient à celle du nombre d’articles qu’on peut y découvrir : plus de 160 aujourd’hui. Progressivement, cela devient une sorte d’encyclopédie culturelle thématique sur le travail dans sa double dimension, sociale et écologique.

Les internautes arrivent sur mon blogue essentiellement par les questions qu’ils posent à leur moteur de recherche. Ce sont ces questions qui créent le classement des articles les plus lus. En 2020, voici quels ont été les vingt premiers :

Titre de l’article

 

Date de publication

 

Rang en 2020

1.          Tripalium, une étymologie populaire… mais fausse

Septembre 2016

1

2.         L’homme à la croisée des chemins, Diego Rivera, 1934

Août 2019

4

3.         Peindre le travail et la reconstruction. Les constructeurs de Fernand Léger

Janvier 2020

5

4.       Jérôme Bosch : Le jardin des délices et du désœuvrement

Janvier 2017

2

5.         Picasso en travail pour accoucher de « La vie » - 1903

Avril 2019

7

6.        Le petit Paradis illustré

Janvier 2017

3

7.        Le pont du Gard, un travail de Romain

Mars 2016

6

8.        Jean-François Millet, peintre de la condition humaine

Mai 2018

8

9.        Toulouse Lautrec et les maisons closes

Septembre 2020

 

10.     Travailler, même au Paradis

Janvier 2017

9

11.       Le tambour chamanique Sami, une représentation de la place des hommes dans le monde

Décembre 2020

 

12.      Jean-François Millet ou la poésie du geste

Avril 2018

10

13.     Faut-il perdre sa vie pour la gagner ?

Mai 2016

11

14.     Le chant du styrène d’Alain Resnais

Mai 2017

13

15.     Les mutations longues du travail : le cas de la médecine dans les sanctuaires d’Esculape

Avril 2020

17

16.     Chanter le travail : Les mains d’or de Bernard Lavilliers

Avril 2021

 

17.      Le Greco : c’est dans la valeur donnée à l’œuvre que se reconnait le travail

Novembre 2020

 

18.     Le travail pénitentiaire

Décembre 2019

18

19.     Les machines

Décembre 2018

15

20.    Les mutations longues du travail : le cas de l’agriculture

Octobre 2016

 

Cinq articles entrent dans ce classement (quatre de 2020 et un de 2016) et en chassent autant. Toutes les années sont représentées sauf les deux premières (2014 et 2015) : quatre de 2016 ; quatre de 2017 ; trois de 2018 ; trois de 2019, cinq de 2020 et un de 2021.

Mais à cette liste, comme l’année dernière, je souhaite ajouter une quintette de mal-aimés ou d’ignorés en 2021 qui auraient mérité mieux ! Ils n’ont que le tort du point de vue des moteurs de recherche de ne pas avoir dans leur titre de quoi les accrocher et les mettre en tête de leurs réponses.

N’hésitez pas à vous plonger dans leur lecture et à les commenter.

Titre de l’article

 

Date de publication

 

1.         Le métier du trédeur, entre virtualité et réel

Mars 2018

2.         Produire sans travailler : les trésors de la terre

Septembre 2015

3.         Le travail et la loi

Septembre 2015

4.       D’un usage politique du travail

Décembre 2014

5.         Le travail domestique, intime et clandestin

Mai 2014


Une nouvelle année pour retrouver de la chaleur dans les rencontres humaines ? !

L’année dernière, j’avais titré mes vœux « 2020, une année sans faute ? » en soulignant que 20 sur 20 dans une scolarité, c’était la meilleure note que l’on pouvait obtenir. Le point d’interrogation laissait certes une certaine marge de manœuvre dans laquelle pouvait s’engouffrer une réalité moins glorieuse. Mais là quand même, elle a fait fort ! Comme quoi les vœux ne sont pas un exercice de divination et, aussi joyeusement qu’on les prononce, n’ont aucune prise sur l’avenir. C’est une politesse adressée à tous et une fenêtre ouverte sur l’espérance. Compte-tenu de la très mauvaise note obtenue par 2020 et de la présence toujours aussi active aujourd’hui d’une pandémie qui lui vaut ce très mauvais score, quelle fenêtre ouvrir lorsque sonneront les douze coups de minuit ?

Lire la suite "Une nouvelle année pour retrouver de la chaleur dans les rencontres humaines ? !" »


Vivre dans un monde dénaturé par le démiurge humain : le Covid-19, nouvelle étape d’une prise de conscience collective

Cela fait un peu plus de 200 ans que l’Europe occidentale a trouvé les clés techniques, scientifiques et idéologiques qui ouvrent la boite de Pandore du productivisme et a engagé son irrésistible développement sur la planète. Mais depuis quand avons-nous pris conscience de ses effets délétères sur la nature ?

Lire la suite "Vivre dans un monde dénaturé par le démiurge humain : le Covid-19, nouvelle étape d’une prise de conscience collective" »


Portrait du Covid 19 en leçon de vie sauvage

Le 28 avril dernier, le Premier Ministre, Edouard Philippe, dans sa présentation de la « stratégie nationale de déconfinement » devant le Parlement, a déclaré qu’il fallait « apprendre à vivre avec le Covid-19 et apprendre à nous en protéger ». C’était une assertion pleine de bon sens puisque nous ne disposons pas, et peut-être pour longtemps, de vaccins et de traitements de nature à juguler l’épidémie. Celle-ci joue, depuis plusieurs mois, le rôle inattendu de révélateur autant de ce que nous demeurons que de ce que nous sommes devenus. Depuis que le coronavirus est apparu en Chine puis s’est propagé à la planète entière, nous ne cessons d’apprendre, d’être à l’école de la vie, naturelle et sociale.

Lire la suite "Portrait du Covid 19 en leçon de vie sauvage" »


Un virus n’est pas un ennemi, mais un collègue en naturalité

« Tu ne meurs pas de ce que tu es malade ; tu meurs de ce que tu es vivant », Montaigne, Essais, III, 13

 

« Nous sommes en guerre. Pas contre une autre nation, mais contre un ennemi invisible et insaisissable » a déclaré Emmanuel Macron le lundi 16 mars, pour justifier le confinement généralisé auquel allait être soumis dès le lendemain l’ensemble de la population française.

On peut être un citoyen discipliné et se mettre en quarantaine dans les conditions prescrites par l’Etat, sans pour autant perdre sa lucidité ou son esprit critique.

Traiter le coronavirus d’« ennemi » est évidemment une métaphore. On peut d’ailleurs trouver dans l’histoire française de ce mot, de nombreux glissements de sens qui en montrent la plasticité. Il a pu ainsi désigner le diable considéré comme « l’ennemi du genre humain » ou un animal ou des agents naturels dangereux pour l’homme [1]. Associé à l’idée de « guerre », répétée plusieurs fois dans son allocution, c’est dans son sens le plus fort que chacun était invité à le comprendre, celui de « personne ou collectivité qui est vis-à-vis d'une autre un objet et/ou un agent de haine, d'actions nuisibles » [2].

Lire la suite "Un virus n’est pas un ennemi, mais un collègue en naturalité" »


Dire le travail en temps de confinement - Appel à témoignages

Bonjour à toutes et à tous,

Je relaie ici, vers tous les internautes qui consultent mon blogue, l’appel à témoignages lancé par la coopérative DireLeTravail. Je le fais en insistant particulièrement auprès des francophones qui vivent et travaillent dans différents endroits de la planète. Cette épidémie affecte en effet progressivement l’humanité entière. Vous êtes peut-être déjà, là où vous êtes, confronté à une politique de confinement. Votre témoignage enrichirait considérablement les nôtres et serait le signe d'une sorte de solidarité internationale face à l’épreuve.

Voici cet appel :

Lire la suite "Dire le travail en temps de confinement - Appel à témoignages" »


Le travail contre nature : derniers exemplaires en stock

Le travail contre nature n'est plus en vente en librairie ou sur internet. Aussi, ai-je racheté quelques exemplaires à mon éditeur que je propose à 10 €, frais d’envoi inclus (au lieu de 21.90 € prix public).

Si cela vous intéresse, il suffit de me fournir votre adresse postale en cliquant ici. Je vous donnerai en retour les coordonnées de mon compte Paypal ou l’adresse à laquelle m’envoyer votre chèque. Dès réception de votre paiement, je vous posterai l’ouvrage.

Vous pouvez aussi l'acquérir pour votre liseuse sous le format epub, au prix de 2 €, en suivant le même processus.

Pour faire connaissance avec le contenu de ce livre, il suffit de cliquer sur l’onglet « Publication » de ce blogue.


Comment intégrer la diversité sociale et l’idiosyncrasie dans les débats ?

Retour sur une observation participative du Grand Débat National

Ce Grand Débat a été lancé par le Président de la République au début de cette année, en réponse aux manifestations récurrentes des Gilets Jaunes. En janvier, l’Association Nationale des Médiateurs dont je suis membre a proposé bénévolement ses services à la Mission nationale chargée de son organisation, pour animer des débats. Mettant de côté mes réserves sur ce dispositif descendant, je me suis porté volontaire et j’ai ainsi participé, comme facilitateur, à deux de ces manifestations : celle organisée par la mairie de Reims qui a rassemblé environ 400 citadins et une Conférence régionale qui s’est tenu à Orléans avec 70 citoyens de la région Centre, tirés au sort.

Cette expérience m’a inspiré quelques réflexions sur les obstacles, langagiers et comportementaux, à la participation au débat. Je les présente dans ce bloc-notes car ce sont aussi des freins à un dialogue authentique dans les espaces de travail. Bien que peu évoqués par ceux qui font profession d’animer ces débats, ils sont pourtant facilement constatables.

Lire la suite "Comment intégrer la diversité sociale et l’idiosyncrasie dans les débats ?" »