Fêter le nouvel an, une heureuse convention

C’est un rite de passage annuel dont la date est arbitraire. Nous l’avons placé le 31 décembre à minuit et les Chinois entre le 21 janvier et le 19 février selon les années. Peu importe au fond, car il possède le charme biface de tout passage, entre ce qui a été – quoiqu’il ait été – et ce qui sera. Finalement, fêter ce moment c’est s’assurer d’un gain quoiqu’il advienne ensuite du jeu : se souhaiter le meilleur avant que la vie nous livre sa réponse. Tous mes vœux pour 2018 donc à ceux qui passeront par cette page en ce début d’année, et des vœux de courage et de réussite plus particulièrement à ceux qui préparent l’Agrégation de philosophie dont le thème cette année est celui de mon bloc-notes.

Depuis 2015, je profite aussi de ce moment pour dresser un bilan public de son activité.

Lire la suite "Fêter le nouvel an, une heureuse convention" »


Amour, jeu, vol… et travail dans la peinture indienne

J’ai visité au Musée Guimet, en début d’année, une exposition de peinture indienne intitulée « Ascètes, sultans et maharajahs ». Le travail n’y était que fort rarement représenté, mais beaucoup d’autres activités humaines en revanche l’étaient. Cela m’a donné envie de poursuivre l’exploration de l’art pictural indien – dont j’ignorais tout – et d’engager en même temps une réflexion sur la manière dont nous distinguons et classons les activités qui nous occupent.

Les œuvres indiennes relèvent d’une multitude de genres : scènes de chasse et de batailles, portraits de souverains ou de dignitaires, effigies de dieux hindous ou de bouddhas, scènes tirées de la littérature religieuse, romanesque ou poétique, représentations de la flore ou de la faune... Cela forme un riche ensemble dans lequel j’ai puisé en appliquant deux filtres successifs. J’ai d’abord créé des sous-groupes d’activités que nous ne considérons pas comme un travail, mais qui ont avec lui un air de famille. La peinture indienne étant très codifiée et de qualité très inégale, j’ai ensuite privilégié les œuvres que je trouvais plastiquement les plus charmantes ou les plus originales au regard de notre tradition picturale afin que la réflexion soit précédée du plaisir des yeux ou de l’étonnement de l’esprit.

Lire la suite "Amour, jeu, vol… et travail dans la peinture indienne" »


Le travail insensé

Le film qu’a réalisé Koki Tanaka en 2012 pour le compte du Musée national d’art moderne de Tokyo permet de prendre une mesure quasi-charnelle de ce que peut être le travail lorsqu'il est vidé de sa substance. C’est à la fois drôle et tragique.

Je me permets ici d’en diffuser un extrait de cinq minutes qui rassemblent les scènes que j’ai trouvées les plus particulièrement saisissantes.

 

Mais je vous invite à visionner l’intégralité du film que Koki Tanaka diffuse sur Viméo en même temps que d’autres de ses œuvres. Il ne dure que 13 minutes. Vous pouvez y accéder en cliquant ici.

Lire la suite "Le travail insensé" »


« Travail - Techniques – Production » à l’Agrégation de philosophie 2018

Le travail, la (les) technique(s) et la production sont des thèmes que j’explore depuis de nombreuses années. A l’attention des étudiants préparant l’Agrégation de philosophie qui découvriraient l’existence de mon bloc-notes, j’ai établi un sommaire, regroupant par grandes catégories l’ensemble des articles qui y sont parus depuis décembre 2013, afin de faciliter leur consultation. Je suis convaincu qu’ils pourront trouver ici nombre de références et réflexions utiles à leur méditation philosophique. Ils pourront en trouver également  dans Le travail contre nature, un essai présenté dans l'onglet Publication.

Voici le sommaire thématique de ce blogue. Il suffit de cliquer sur un titre pour ouvrir, dans une nouvelle fenêtre, l’article correspondant.

 

Lire la suite "« Travail - Techniques – Production » à l’Agrégation de philosophie 2018" »


Une révolution agricole à bout de souffle

Le terme de « révolution » est de nos jours assez galvaudé et on s’y perd souvent dans leurs nombres et leurs temporalités. Un article récent par exemple annonce une septième révolution agricole, sans préciser quelles étaient les précédentes [1]. Il me semble toutefois parfaitement légitime d’utiliser cette expression pour ces 200 dernières années dans la mesure où elles ont effectivement abouti à renverser la démographie professionnelle de notre pays ainsi que je l’ai montré précédemment (« Les mutations longues du travail : le cas de l’agriculture »). Mais cela ne signifie pas pour autant que son moteur ait été le même sur toute cette période. Cela peut d’ailleurs être un sujet d’étonnement, car tout s’est passé comme si, lorsqu'une dynamique productive s’étiolait, une autre prenait le relais, comme si donc une volonté productiviste largement partagée était à l’œuvre en arrière-plan et donnait son unité à l’ensemble de la période.

Lire la suite "Une révolution agricole à bout de souffle" »


La révolution du travail agricole en trois représentations

J’ai extrait de l’article que je publierai le mois prochain, les images commentées qui illustraient chacune des trois époques de cette révolution. Elles figurent ici comme amorce d’une explication à venir.

Première époque : une révolution venue d’ailleurs (1789-1850)

Redonner à la terre ce qu’on lui a pris

Le semeur Millet
Le semeur de Jean-François Millet (1849-1850)

Lire la suite "La révolution du travail agricole en trois représentations" »


L'usine pantomimée

J'ai découvert très récemment Étienne Decroux, ses recherches sur la pantomime et cette œuvre, qu'il a présentée en 1960 au Carnegie Hall à New York. Elle est sans parole, mais pleine d'observations fines et évocatrices des gestes et bruits industriels. 

 

« Dans notre art », disait-il, « le corps de l'homme est la matière, il faut que ce soit lui qui imite la pensée » (Étienne Decroux, Paroles sur le Mime, Librairie Théâtrale, 1963) . Est-ce que ce ne serait pas aussi le cas dans les usines ?

 


Balade philosophique en Albanie du 21 au 28 octobre 2017

J’avais déjà relayé en mars 2016 la proposition d’un ami philosophe, Bernard Benattar, de Rando-philo en Crête. Cette fois-ci, c’est une balade philosophique qu’il organise en Albanie. En voici la promesse :

« Une aventure humaine et collective, une invitation à philosopher tout en marchant, en découvrant nos voisins de cœur d'Albanie qui ont depuis des décennies un passé commun avec la France.

Lire la suite "Balade philosophique en Albanie du 21 au 28 octobre 2017" »


Le philosophe face au travail contemporain

Le développement des sciences humaines, à partir de la fin du XIX° siècle, a progressivement fait perdre à la philosophie l’hégémonie qui était la sienne pour penser l’homme. Quelle est sa légitimité aujourd'hui pour investir le champ du travail, occupé par de nombreuses disciplines plus anciennes qu’elle sur ce terrain, et bien outillés méthodologiquement et conceptuellement ?

Lire la suite "Le philosophe face au travail contemporain" »


Le chant du styrène d’Alain Resnais

Ce mois-ci, je vous invite au cinéma pour vous faire découvrir un passionnant et intrigant court métrage sur la production industrielle. Il vous suffira d’ajouter un préfixe grec au complément de nom pour lever un coin du voile qui recouvre son titre énigmatique. En effet, le « polystyrène », composant de base de l’industrie plastique, est bien plus célèbre que son compagnon solitaire.

1-Chant-du-styrène-Bouquet-de-louches
Le chant du styrène - bouquet de louches (image 1)

On se revoit dans treize minutes, le temps qu’il vous faudra pour visionner ce film.

Lire la suite "Le chant du styrène d’Alain Resnais" »