Homme et monde, pieds et poings liés

" Nous devons assumer notre condition d’homme au lieu de chercher à nous en évader. Une complémentarité essentielle unit l’homme, sujet sensible et actif, et le monde, objet de ses perceptions et de son action. C’est folie que de vouloir trancher les liens qui nous unissent au monde, car il nous appartient et nous lui appartenons à tout instant. Qui s’y emploie lui inflige et s’inflige à lui-même une profonde blessure" [1].

C’est ainsi que Jacques Gernet, sinologue et Professeur au Collège de France, présente ce qui est au fondement des réflexions de Wang Fuzhi, penseur Chinois du XVII° siècle, sur l’homme, le monde et la vie.

A l’aube de cette nouvelle année, il m’a semblé que cette citation pouvait l’éclairer. Elle s’adresse aux sourds et aux aveugles, les transhumanistes et les climatosceptiques notamment.

Pour une illustration de cette pensée dans l’univers occidental, voir un dit moral pour faire tapisserie d’Henri Baude, poète Français du XV° siècle.

 

[1] Jacques Gernet, L’intelligence de la Chine. Le social et le mental, NRF / Editions Gallimard, 1994, p. 307


Jusques à quand abuseras-tu de notre patience, Sainte Croissance ?

L'économiste américain Kenneth Ewart Boulding (1910 - 1993) déclarait : « Celui qui croit qu'une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste ».

Serions-nous tous devenus économistes ?

Lire la suite "Jusques à quand abuseras-tu de notre patience, Sainte Croissance ?" »


Le tango, forme idéale du travail coopératif ?

Le chorégraphe Sidi Larbi Cherkaoui, dans sa dernière création, met en scène le tango sous des formes inédites. Sa façon d'en parler est une invitation à penser le travail et son management autrement :

"Ceux qui dirigent ont une certaine autorité, mais aussi - surtout - une responsabilité. Ils doivent savoir où l'on va, pourquoi et comment.

Lire la suite "Le tango, forme idéale du travail coopératif ?" »


"Il faut une nouvelle pensée", par Gao Xingjian

"La crise mondiale, comment en sortir, d'où vient-elle ? Les hommes politiques en ont beaucoup parlé, mais ils travaillent selon un horizon limité. Ils sont très myopes (...). La politique, c'est l'actualité (...). A long terme, pour sortir de cette crise, il faut une nouvelle pensée. Qui peut penser ? Les hommes de lettres (...), les philosophes, les penseurs, y compris les artistes (...). Il faut créer un espace pour une vraie réflexion, sur l'art, sur la société".

Lire la suite ""Il faut une nouvelle pensée", par Gao Xingjian" »