Que serait une politique écologique du travail ? ["Le travail contre nature"]
Un "dit moral" pour les temps modernes ? ["Le travail contre nature"]

La leçon de labourage

François-André Vincent (1746-1816) est un peintre talentueux aujourd’hui oublié, auteur d’un tableau de facture néoclassique que nous allons commenter ici car il permet d’ouvrir une réflexion sur ce qu’est le travail, à partir de sa place au XVIII° siècle finissant.

Leçon-de-labourageFrançois-André Vincent, Agriculture, 1797-1798, Bordeaux, musée des Beaux-arts

Peinture de genre à visée allégorique, elle fait se croiser graphiquement deux lignes et ainsi rencontrer deux mondes qui d’habitude s’ignorent. D’un côté, unifiés par les tons bruns, un paysan qui va nu pied et une charrue tirée par deux puissants bœufs, de l’autre un jeune bourgeois en tenue de ville qui s’essaie au labourage et sa famille venue assister à la leçon. Le contraste est certes saisissant, mais le maître n’est pas celui qu’on croit. C’est ici le laboureur. Ce bras gauche avec lequel il montre comment guider les bœufs est inspiré de celui de Dieu qui dans la Chapelle Sixtine donne vie à Adam. 

Xl_06129-peinture-michelangelo-la-creation-d-adam V2

Michel-Ange, La création de l'homme, Chapelle Sixtine

On ne peut comprendre cette scène rurale étonnante qu’en resituant l’oeuvre dans son contexte. Elle a été commandée au peintre par un riche industriel Toulousain, propriétaire d’une filature de coton, afin de venir orner son hôtel particulier. Elle devait illustrer le thème de l’éducation : « Pénétré de cette vérité, que l’Agriculture est la base de la prospérité des Etats, le peintre a représenté un père de famille qui, accompagné de sa femme et de sa jeune fille, vient visiter un laboureur au milieu de ses travaux. Il lui rend hommage en assistant à la leçon qu’il l’a prié de donner à son fils, dont il regarderait l’éducation comme imparfaite sans cette connaissance » explique le livret du Salon de 1798 au cours duquel l’œuvre fut pour la première fois exposée au public.

C’est un tableau ambitieux qui enchevêtre les niveaux de lecture. Le visible – la description du travail agricole moderne, la leçon du laboureur et le portrait d’une famille aisée – y est mis au service de deux thèses, éducative et physiocrate. La première, sous l'influence de Rousseau, accorde aux travaux manuels et aux exercices physiques une place éminente dans l'éducation. La deuxième, la physiocratie - étymologiquement "gouvernement par la nature" - doctrine économique dominante en France à cette époque, considère que l’agriculture est la seule activité productive car seule la terre produit plus qu’elle ne reçoit.

Mais que peut-nous dire aujourd’hui une telle œuvre sur le travail ?

D’abord que ce n’est que fort récemment qu’il s’est diversifié, puisqu’au XVIII° siècle, c’est toujours l’agriculture qui emploie l’immense majorité des bras disponibles et qui bénéficie d’une reconnaissance publique pour son utilité et ses vertus. C’est un travail concret en rapport direct avec la nature, et qui épouse son rythme, fort éloigné des conditions du travail contemporain.

Elle montre aussi combien le travail est déterminé par le niveau technique avec lequel il s’exécute. La charrue que Vincent dépeint avec une grande précision bénéficie des dernières innovations de l’époque. Si l’âge est toujours en bois, les parties soumises à l’usure la plus intense, le soc, le versoir et les deux coutres, sont en fer. Elle se conduit avec un seul mancheron et ne dispose pas encore de roues, ni de réglages, ce qui rend difficile son maniement et le maintien de sa stabilité. Mais cet outil, tiré par des bœufs et bien dirigé, permet de retourner la terre et non plus seulement de la gratter comme le faisait l’araire qui l’a précédé. Il a permit d’accroitre les rendements agricoles, tout en mobilisant moins de travailleurs.

Mais c’est le moins apparent, la couche la plus intime du travail humain qui est ici rendue parfaitement visible. En effet, ce qui le caractérise et le distingue des activités animales qui pourraient lui ressembler, c’est que sa technicité est cumulative et qu’il s’enseigne et se transmet. Nul ne naît laboureur, mais chacun peut le devenir, avec plus ou moins de talent. Labour a même étymologie que labeur. C’est à bon droit que notre espèce pourrait être qualifiée d’homo laborans.

Toutefois, c’est dans une étude préparatrice à Agriculture que Vincent se montre le plus didactique, et en une seule image révèle un processus séquentiel de travail – le sien en l’occurrence, celui du peintre – et place les repères nécessaires à qui veut le maitriser :

  François-André_Vincent_-_La_Leçon_de_labourage

L’agriculteur et son élève, 1796, Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle

Cette belle étude centrée sur la relation pédagogique du maître et de l’apprenti présente dans un même cadre l’ensemble des étapes de fabrication de l’œuvre, depuis l’ébauche du couple à l’arrière plan, en passant par le dessin au crayon du corps nu du paysan jusqu’à la peinture à l’huile de l’enfant et une mise au carreau pour permettre le report sur la toile. La leçon de labourage semble avoir ainsi été l’occasion pour Vincent de donner, avec cette étude, une leçon de peinture à ses élèves. Ainsi, d'une leçon à l'autre, il confirme que tout travail s'apprend et que sans l'apprendre il est impossible de bien l'exécuter.

***

Depuis fin 2013, les musées des Beaux-arts de Tours et de Montpellier ont entrepris successivement de faire redécouvrir l’œuvre de François-André Vincent. La leçon de labourage et ses études préalables peuvent être ainsi admirées au Musée Fabre, jusqu’au 11 mai 2014. Vous pouvez aussi consulter le catalogue raisonné de ses œuvres : François-André Vincent – un artiste entre David et Fragonard, Jean-Pierre Cuzin, Edition Arthena, 2013.

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

lysiane cantin

Merci pour cette belle leçon!

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)